CommuniquéCulture, Patrimoine, Loisirs
Marre des randonnées déconfinées ? Les musées départementaux vous attendent !
le  2 juin 2020
Avant, il y a bien longtemps, en Isère, les musées étaient ennuyeux, tristes et chers… Un jour, ils sont devenus départementaux… Attractifs, mis en scène, interactifs et surtout gratuits… Depuis le 18 mai, ces onze joyaux locaux vous attendent à nouveaux et leurs portes vous sont grandes ouvertes.
Que vous soyez un mordu des vieilles pierres, un fou d'histoire, un contemplatif pictural, un curieux éclectique, un fervent des collections permanentes, un "addicte" des vitrines, un fan de la conservation, un curieux du passé de votre environnement ou simplement à la recherche d'un petit coin de paradis paysagé pour y emmener votre chéri(e) ou y apporter votre goûter, impossible de ne pas trouver votre correspondance parmi ces onze lieux d'exception !  

 

1 • Musée de la révolution française - Vizille

200 ans d’évocations de la révolution française, de ses figures, de ses valeurs  à travers de nombreuses œuvres d’art, bustes, toiles, objets, peintures, sculptures, documents -  Anecdote  : de vraies pierres de la bastille sont visibles - dans le somptueux château du Duc de Lesdiguières qui vaut déjà le coup d'oeil à lui tout seul ! N'hésitez pas à faire un tour ou une petit sieste dans l'immense parc et à y admirer sa réserve animalière très "Ancien Régime" : cerfs, paons, dans, cygnes... Pique-nique historique et civique en vue !


2 • Maison Bergès – Villard Bonnot

Explorez le patrimoine industriel local, le génie électrique, l'industrie papetière, la vie bourgeoise, intellectuelle et culturelle de la fin du XIXème siècle via le prisme de l'ancien propriétaire des lieux, Aristide Bergès, également l'inventeur, promoteur de la formule "la Houille blanche"...


 


3 • Musée de l'ancien évêché – Grenoble

Sans le savoir, en vous promenant sur la place Notre-Dame vous avez déjà foulé les anciens remparts de Grenoble. Dans les sous-sols du musée leurs fondations sont encore visibles ainsi que la fameuse cuve baptismale et la crypte archéologique. Le musée vous propose ainsi une immersion dans le passé grenoblois, en gravissant les étages vous remonterez le temps, dès premières sociétés pastorales du Vercors, en passant par la visite de Cularo au IIIème siècle, ou en vous perdant dans les montagnes des peintres paysagistes de l'Isère. Embarquez pour un véritable voyage temporel !


 


4 • Musée Arcabas – Saint-Hugues en Chartreuse

Non, non, vous ne vous trompez pas, cette petite église, de ce petit village de Chartreuse, est un des plus important musée d'art sacré du XXème siècle : ou comment la longue relation privilégiée entre un maire, un prêtre et un artiste mystique a pu aboutir à la présentation et la conservation de plus 100 œuvres de l'artiste Arcabas. Préparez-vous à une impressionnante introspection spirituelle et une grande claque visuelle !


 



5 • Musée archéologique Saint-Laurent – Grenoble

La modernité muséographique, les techniques de pointes en imagerie 3D et une multitude d'objets conservés et présentés sont ici mis au service de seize siècles d'histoire grenobloise dans ce "temple" de l'archéologie, à la charge émotionnelle très puissante et évocatrice.
Pas moins de 1 500 sépultures ont été découvertes, sous vos pieds, qui racontent l'histoire mais aussi les histoires des aïeux grenoblois, de leur rapport au divin, à la mort et donc au vivant. Une plongée dans le passé sous-terrain et spectaculaire de Grenoble.

6 • Musée Champollion – Vif

Bienvenue chez la belle-famille de Jaqcues-Joseph Champollion (le frère du déchiffreur égyptologue) ou plutôt dans sa maison.
Laissée "dans son jus" elle propose aux visiteurs une foule d'objets liés à la passion égyptienne des deux frères : estampes, documents de travail, correspondance...




7 • Musée Dauphinois – Grenoble

Ce grand ensemble architectural marron qui s'accroche aux pentes de la colline du Rabot, devenu familier de votre paysage urbain n'est autre que l'ancien monastère de Sainte-Marie d'en-Haut qui abrita l'ordre de la Visitation : un couvent de sœurs. Dans ce site au passé chargé d'histoire(s) vous appréhenderez ce qu'est le futur de la conservation.
Des expositions, permanentes et temporaires, d'une rare modernité scénographique, explorent les traces du passé local et leurs échos contemporains. 
Tous les sens sont mis à contribution pour tout comprendre. À la différence des autres musées, ici, vous pourrez toucher, entendre, voir, utiliser, expérimenter, entrer, dans les espaces "ludiques" et interactifs proposés... La quasi totalité du bâtiment historique est "visitable", surtout ne passez pas à côté du cloître et de La chapelle baroque. Ici presque toutes les portes s'ouvrent, incroyable ! Vous avez même le droit de vous perdre.
Ajoutez à cette rare modernité d'usages, des jardins et terrasses, en libre accès, qui offrent une vue imprenable sur Grenoble dans un cadre richement fleuri et ombragé où il fait tellement bon, aussi, s'adonner à la rêverie, au farniente ou au badinage... Si les Visitandines savaient !


 

8 • Musée Hébert – La Tronche

Ernest Hébert (1817-1908), le plus célèbre des peintres méconnus grenoblois, peintre des salons, de la bourgeoise et de l'aristocratie de la seconde moitié du XIX, au style bien ancré dans le classicisme de son siècle et dans le romantisme. Peintre à la notoriété et la postérité terrassées et enterrées par les bouleversements artistiques qui lui seront contemporains et lui succéderont. Son plus célèbre tableau La Mal'aria et les titres mêmes de ses autres œuvres renseignent sur ce à quoi s'attendre : Le baiser de Judas, Esclave endormi sous le portique d’un temple, Portrait du Prince Napoléon, Le banc de pierre, La fille aux Iris, Muse populaire italienne...
Ce cousin de Stendhal croisera les parcours de Frédéric Mistral, Benjamin Rolland, David, Ingres...
Dans sa maison de famille, une multitude d'œuvres collectées par sa veuve sont conservées dans un somptueux domaine au charme suranné et inattendu, aux portes de Grenoble...


 

9 • Musée Hector Berlioz – La Côte Saint-André

Hector Berlioz (1803 - 1869), sa vie, son œuvre, son jardin, sa maison natale.
Entre une foule d'objets, de lettres, de partitions, de mobiliers, de possibilités d'écoute, pénétrez dans l'univers familial qui a vu naître les premières création de ce grand musicien et grand représentant du romantisme du XIXème siècle.


 

10 • Musée de la résistance et de la déportation de l'Isère – Grenoble

Initié il y a plus de cinquante ans par des résistants, des déportés et des enseignants, conçu dans un esprit pédagogique et de transmission, le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère à Grenoble est un musée d’histoire et de société. Il s’appuie sur les réalités et les événements locaux pour retranscrire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Au-delà, le musée interroge le visiteur sur les enseignements que notre société peut tirer de l’histoire.


 

11 • Musée de Saint-Antoine l'Abbaye

Un village, classé parmi les Plus beaux villages de France, caché au milieu d'un vallon, un îlot de conservation, transformez-vous en pèlerin du Moyen-Âge car plus rien ici ne vous raccroche à un quotidien contemporain.Implanté en cinq lieux, le musée permet de découvrir l’histoire de l’Abbaye et de l’ordre des hospitaliers de Saint-Antoine de façon vivante et interactive. L’exposition Quand le parfum portait remède séduit petits et grands avec la découverte originale et sensible du rôle des parfums à travers l’histoire. Des expositions temporaires sont également proposées chaque année. Enfin le Jardin médiéval et la boutique sont là pour que chacun garde un souvenir parfumé, ludique ou plus sérieux… de sa visite au musée.
Le musée dispose également d’un jardin médiéval, d’une boutique ainsi que de lieux ouverts ponctuellement : le Logis de l’abbé situé entre l’église et la maison abbatiale ainsi que le Salon aux gypseries, salon d’apparat du XVIIIe siècle ouvert uniquement à l’occasion de rencontres, concerts et conférences.
Ce patrimoine spectaculaire est le témoin d’un ordre canonial aujourd’hui disparu : les Hospitaliers de Saint-Antoine. Cet ordre rayonne sur toute l'Europe et compte plus de 370 commanderies, maisons de quête et prieurés à son apogée c’est-à-dire du XIVe au XVIe siècle. Mécènes, diplomates, ces moines-médecins furent dans bien des domaines des précurseurs. Le site abbatial de Saint-Antoine, siège de leur Maison-mère, témoigne de cette grandeur passée.
Étape reconnue sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle ralliant la vallée du Rhône depuis Genève, Saint-Antoine constitue surtout un pèlerinage à part entière pour les pèlerins d’Allemagne du sud et de Lombardie jusqu’au milieu du XVIe siècle. Le pouvoir thaumaturgique des reliques du saint conservées dans l’église attire de nombreux malades victimes d’une des pandémies médiévales parmi les plus ravageuses : le mal des Ardents ou Feu Saint-Antoine.


 

Les parcs et jardins

La quasi totalité des ces musées s'ouvrent à vous au sein de parcs et d'espaces verts d'une grande beauté, où il fait bon flâner, donner un rencard, faire la sieste, visiter des animaux, organiser un pique-nique... Des destinations bucoliques, proches, gratuites et très souvent rafraichissantes !

Portail des 11 musées départementaux

Publié le  5 juin 2020
Mis à jour le  16 juin 2020